Livraison offerte en France métropolitaine à partir de 50€

La Dr Martens : une simple paire de chaussures orthopédiques devenue icône du rock


Le groupe de ska Madness

Vous avez sans doute pu le remarquer, chez Good Old Days, on adore connaître les origines des pièces iconiques du vestiaire du rockeur. Et comme très souvent, elles ne commencent pas du tout sur les podiums des défilés, bien au contraire...

Voilà pourquoi cette fois-ci, on a voulu vous raconter l’histoire de la Dr Martens. Je ne connais pas une personne qui n’a JAMAIS entendu parlé ou vu des Dr Martens. Ok, peut-être les Yanomamis (tribu Amazonienne), et encore, permettez-moi d’en douter ! Même mon Grand-Père de 92 ans sait ce que c’est ! Et j’ai envie de vous dire que c’est plutôt normal car cette paire de chaussures aussi culte que les Clash ou les Sex Pistols a vu le jour en 1946, et pas du tout en Angleterre …

Direction l’Allemagne où Klaus Maertens, médecin, se casse le pied en skiant (#durl). Pour faciliter ses déplacements, il confectionne une paire de chaussures où il met au point une semelle fabriquée dans un vieux pneu. Avec un ami ingénieur, ils mettent au point un procédé révolutionnaire pour l’époque : la soudure à chaud, qui crée une poche d’air à l’intérieur de la semelle. C’est un peu comme porter des UGG, c’est hyper confortable mais c’est super moche !

Et hop, la première chaussure à coussin d’air est née. Klaus Maertens dépose illico le brevet et la marque « Dr Maertens ». Ces chaussures orthopédiques obtiennent un réel succès chez les sexagénaires à travers l’Europe puis chez les ouvriers d’usine et les dockers pour travailler en toute sécurité.

Docteur Klaus Maertens, sosie officiel de Michael Douglas (ou Dave)

 

Le tournant de l’histoire de la Doc se passe en 1959 lorsque le fabricant anglais Bill Griggs obtient la licence exclusive de la production de ces chaussures. Son autre coup de génie, c’est qu’il anglicise le nom qui devient… attention gros suspens… Dr Martens !

Bill Griggs

A cette époque, l’Anglettere est à son apogée industrielle, c’est pourquoi ce bon vieux Griggs décide de produire et de commercialiser ces chaussures ultra confortables et résistantes pour les ouvriers anglais (son cuir est imperméables aux taches de graisses et d’huile, il a même ajouté une coque pour protéger les pieds). La Dr Martens, à vocation orthopédique devient THE workshoe.

Le 1er Avril 1960 (retenez bien cette date), la première chaussure "repimpée" de Dr Martens sort de production. Le modèle le plus cultissime de la marque voit le jour et on l’appelle en toute logique le 1.4.60, vous aurez donc deviné pourquoi !

La 1ère Dr Martens 1.4.60 est une paire à huit trous et de couleur rouge cerise avec la fameuse semelle cousue Good Year en fils jaune. Au début des années 60, en tant que véritable workshoe, le modèle 1.4.60 équipera surtout les agents de services publics britanniques (postiers, policiers etc.). Durant cette décennie, Dr Martens a vraiment du mal à se défaire de son image de bottines d’ouvriers, d’autant plus qu’à cette époque, les jeunes lui préfèrent les Chelsea Boots, beaucoup plus fines et distinguées.

Mais comme vous le savez si vous lisez assidument nos articles, le cinéma joue toujours un rôle prépondérant de propulseur de tendances. Et cette fois-ci, merci qui ? Merci Stanley Kubrick ! Avec Orange Mécanique, il va populariser la Dr Martens en 1972 qui devient une chaussure de bad boy plutôt sulfureuse.

Orange Mécanique - Stanley Kubrick

 

La rencontre entre le Rock et la Doc devient incontestable durant les années 70 portée par des groupes cultes comme les Clash, les Sex Pistols, Television, Madness ou encore avec le personnage qu’interprete Elton John pour l’Opera Rock Tommy des Who sorti au cinéma en 1975.

Les Punks deviennent le véritable fer de lance de ces chaussures. Porter des Docs dans les années 70, c’est affirmer sa singularité face à la rigidité d’un ordre établi. Toutes les contre-cultures rock adoptent les Dr Martens qui soufflent un air de liberté dans une société occidentale au bord de l’implosion. Les mouvements Skinhead, Ska et Heavy Metal entre autres adopteront les Dr Martens pour faire partie intégrante de leurs styles vestimentaires respectifs. La Doc devient bien plus qu’une simple paire de chaussures, c’est tout un symbole qui marque l’appartenance à un groupe et des valeurs sociales à la fois anticonformistes et rebelles. D’ailleurs, Dr Martens n’a jamais renié ses liens avec les mouvements Punks et Skinhead, bien au contraire, cela a été un sacré tremplin pour la marque anglaise.

 

Durant les années 80 et 90, toutes les plus grandes stars internationales adoptent elles aussi la Doc à l’instar de Madonna, Johnny Depp, Kate Moss, Framboisier des Musclés ou encore le Prince Charles et même le Pape ! (attention, il y a un intrus dans cette liste).

Malgré tout, après des décennies de succès, la Dr Martens se fait plus rare à la fin des années 90 début 2000 (j’avoue, moi j’ai quand même eu ma première paire en 2001 et on était encore quelques uns à en porter au collège hehe). L’émergence du sportswear (#quellehorreur) et de la basket (#requins) durant cette période, va chahuter la Doc. Mais les créateurs de mode n’ont pas dit leur dernier mot, n’est-ce pas Jean Pierre ? grâce entre autres à Yohji Yamamoto ou encore Jean Paul Gaultier et Vivienne Westwood qui la font défiler sur les podiums, la Dr Martens redevient super « hype ». Le retour du rock dans les années 2000 jouera bien évidemment un rôle non négligeable dans ce come-back. Aujourd’hui, Dr Martens développe des dizaines de modèles différents mais le modèle original 1.4.60 est sans conteste le modèle le plus vendu.

« we still make the shoes, you still do the rest »

Victime de son succès, la marque anglaise a d’ailleurs dû délocaliser sa production en Asie, mais attention, la qualité des chaussures reste la même ! Pour les amateurs du Made In England, Dr Martens continue de produire 1000 paires par semaines dans son usine anglaise.

GOD SAVE THE QUEEN (and the Dr Martens) !

 

 


1 commentaire


  • SHAMAN

    Bien résumé, sauf que (je mets des Docs depuis 1978) la qualité des Docs asiatiques (cuir de qualité discutable) n’a rien de comparable avec les Made in England, qui en plus sont garanties à vie… !


Laissez un commentaire