Livraison offerte en France métropolitaine à partir de 50€

La Folle Histoire du Bomber


Résultat de recherche d'images pour "skinhead"

Le bomber, pièce aujourd’hui icônique de la culture pop et de la mode tire pourtant ses origines de l’US Air Force. Pour comprendre comment ce classique de notre dressing est passé d’une simple pièce militaire de l’entre 2 guerres aux podiums des grandes maisons de couture, on a voulu revenir sur ses origines et son évolution stylistique et sociale au cours de ces dernières décennies. 

 

Tout commence lorsque le modèle A-2, blouson d’aviateur devenu aujourd’hui mythique est créé en 1931 par l’US Air Force. Sa forme, que nous connaissons tous est ultra reconnaissable : il est en cuir marron, avec 2 grandes poches sur le devant, la taille et les poignets élastiques, des épaulettes, un col en forme chemise et bien sûr un grand zip pour fermer le blouson. De mon humble avis, l’A-2 pèse deux fois mon poids (quand j’avais 3 ans !).

Crédit Photos : https://abhras.style

C’est sûrement pour cela qu’après la 2nde Guerre Mondiale, le blouson d’aviateur va évoluer puisqu’il doit s’adapter aux avions militaires, beaucoup plus légers, petits et puissants. C’est l’arrivée du modèle B-15, beaucoup plus léger et plus fin que l’A-2 puisqu’on remplace le cuir par des matières synthétiques résistantes et toutes aussi chaudes. Les militaires sont alors beaucoup plus à l’aise dans leur mini jet. Sur ce nouveau blouson, l’US Air Force a également remplacé les poches de devant par des poches en diagonales, ils ont mis une poche stylo (toujours pratique pour écrire à sa fiancée en plein vol) et surtout de quoi clipper un masque à oxygène si besoin. Mais ce qui permet aussi de différencier un B-15 du A-2 ou du MA-1 (j’en parlerai après) c’est aussi son col en mouton (comme son comparse le B-10 qui fut utilisé par les aviateurs lors de la 2nde Guerre Mondiale).

Crédit Photos : https://abhras.style

Là vous vous dites, avec le B-15 on n’est vraiment pas loin de la forme du bomber qu’on connaît aujourd’hui mais alors, qu’est ce qui a fait qu’on a enlevé le col en fourrure ? Est-ce une lubie de Karl Lagerfeld ou de l’association PETA pour la défense des moutons ? Eh bien non pas du tout !  Il faut savoir que le col en fourrure n’était absolument pas pratique à porter avec les harnais de sécurité, cela pouvait se coincer et là, c’était le drame.

C’est donc pour des raisons de sécurité et de praticité qu’on remplaça la fourrure par un col en tricot.

Tadaaa ! Le Bomber comme nous le connaissons aujourd’hui est né et il s’appelle le MA-1.

Crédit Photos : https://abhras.style

Le MA-1 devient le nouveau blouson officiel de l’US Air Force à partir des années 60. C’est le véritable aboutissement des développements antérieurs que j’ai décrit précédemment. 

Le MA-1, en plus de son col en tricot, est en Nylon kaki, avec des zips aux manches, des patchs mais a surtout une doublure orange réversible en cas de survie des pilotes lors d’un crash. Cette nouvelle version du blouson d’aviateur fut extrêmement efficace pour les militaires pendant la guerre du Vietnam qui d’ailleurs joua un rôle important dans la médiatisation du blouson puisque cette guerre était télévisée. Le MA-1 devient de plus en plus plébiscité par le grand public, c’est d’ailleurs pour cela que la société Alpha Industrie, à l’origine de la fabrication du blouson, décida de le commercialiser.

Ce blouson, tout comme le Perfecto, va vite devenir très populaire chez les jeunes, pour d’ailleurs devenir l’uniforme du mouvement Skinhead.

Alors si vous n’avez jamais entendu parlé de ce mouvement, je vous conseille fortement de regarder l’excellent film This Is England écrit et réalisé par Shane Meadows.

Bon et pour ceux qui ne connaissent pas le mouvement Skinhead et qui sont atteints de flemmingite aigue pour voir le film, je vous fais une rapide explication :

A la fin des années 70, le mouvement Mods (mouvement dont j’ai pas mal parlé lors d’anciens articles) fait son grand retour au Royaume-Uni, porté au niveau musical par des groupes comme les Jams. Leurs plus fidèles dissidents forment le mouvement des crânes rasés (les Skinheads bien sûr). C’est à la fois une mode vestimentaire (on porte le Bomber original avec un jean très serré et des Doc Martens montantes), et musicale avec des revendications politiques et sociales.

Par contre, comme très bien expliqué dans le film de Shane Meadows, le mouvement Skinhead n’est à l’origine pas du tout un mouvement néonazi comme sa réputation aujourd’hui nous le laisse penser. En effet, le mouvement Skinhead c’était avant tout des jeunes britanniques, de classes populaires et ouvrières, certes un peu brutasses sur les bords car gros amateurs de bagarres dans les bars. Ils ont surtout un look très pointu et passent leur temps à écouter du reggae (leur premier amour) et du punk. En soi, rien de bien méchant, ce sont surtout des jeunes qui partagent des idées communes avec une vraie fierté nationale. Seulement avec la crise sociale que subit de plein fouet le Royaume-Uni, l’arrivée de Thatcher au gouvernement qui prône une politique ultra libérale et un taux de chômage battant des records, une partie (et je dis bien une partie) du mouvement Skinhead va vite être séduite par les partis d’extrême droite et la mouvance néonazi du début des années 80. C’est donc en toute logique que le Bomber va se trainer une sale image, étant vu comme le blouson « officiel » des Skinheads.

Comme on le sait tous, les créateurs ont une belle tendance à s’inspirer de la rue et des cultures urbaines. C’est donc en partie grâce à eux que le Bomber va réussir à se détacher de son étiquette de blouson de « facho ».

En parallèle de la mouvance Skinhead, le Bomber va apparaître au cinéma dans des films comme le Chasseur, fièrement porté par Steve McQueen ou encore dans le cultissime Top Gun avec Tom Cruise et plus récemment Drive avec Ryan Gosling (#beaugosses).

 

Steve McQueen dans Le Chasseur - Ryan Gosling dans Drive

Le Bomber va petit à petit s’éloigner de la culture Skinhead avec l’arrivée fracassante du Hip Hop. De Dr Dré en passant par Snoop (Doggy) Dogg, Tupa et Notorious Big, tous arborent le Bomber avec cette fois-ci les cols repliés façon chemise, des baggies et des maxi chaines en or. Qui, dans les années 90, n'a pas arboré (ou rêvé de porter) son bomber Schott avec le fameux "scratch"? Bien sûr cette question ne concerne uniquement les lecteurs nés avant 1989.

 

Aujourd’hui, le Bomber est partout et décliné à toutes les sauces aussi bien dans la grande distribution que sur les podiums.

Balenciaga - Saint Laurent - H&M

Ce blouson culte et riche d’histoire avait donc sa place chez Good Old Days, c’est pour cela qu’on a créé le Bomber Cosmic, complètement décalé avec un doux mélange de Glam Rock Seventies et de Disco. 


Laissez un commentaire