La merveilleuse histoire d’amour du rock et de la mode.


Dès son origine, aux débuts d’Elvis et de Chuck Berry, le rock a su apporter son style et en faire une véritable mode à part entière. Le costume a toujours été l’allié des hommes, mais lorsque le rock’n roll débarque aux Etats Unis dans les années 50, les costumes deviennent chics, cintrés, parfois même colorés. Le jean et le Perfecto représentent le symbole de toute une génération de consommation de masse d’après-guerre qui revendique peu à peu une liberté d’expression. Porter un jean dans les années 50 aux Etats Unis, c’est avant tout pour la jeunesse américaine renier tous les codes de la bienséance et du bon ton. Prendre son fils pour un voyou dans une banlieue aseptisée en plein cœur des Etats Unis devient la hantise mais surtout une véritable honte des familles encore attachées aux valeurs puritaines américaines. Le couturier personnel à Memphis d’Elvis Presley, Bernard Lansky devient une star incontournable de la mode dans le Tennessee, sa popularité dépasse même les frontières de cet état.


Les Etats Unis ne sont pas les seuls à connaitre un changement idéologique fondamental. La prosérité et l’insouciance forcée des années 50 conduit l’Europe et principalement la Grande Bretagne a un bouleversement sociologique avec l’arrivée du rock et de cette contre-culture qui va s’imposer dans tous les domaines artistiques, politiques et sociologiques (peinture, photographie, cinéma, télévision, musique, écriture, mouvements sociaux avec les beatniks par exemple etc.).

En 1962, ce n’est pas l’arrivée en elle-même d’un groupe de pop rock aux textes simples de post adolescents en costumes on ne peut plus banal qui va révolutionner la planète mais plutôt tout ce qu’ils vont engendrer. Cela aurait pu être n’importe qui, mais c’est tomber sur les Beatles. Jeunes anglais tout droit sortis de Liverpool : look d’enfants de cœur, cheveux mi longs, « belles gueules » et textes simplets qui parlent à toute une génération de pré pubères. Les Beatles ont su réveiller la Grande Bretagne puis l’Europe et enfin le monde qui s’endormaient peu à peu, perdus dans l’affluence d’objets pratiques conséquence directe de la consommation de masse.

En découle bien sûr toute une Beatles Mania, les garçons veulent les mêmes vêtements et la même coiffure que John, George, Paul et Ringo. Les jeunes adolescentes rêvent d’eux en secret et veulent leur plaire. Elles adaptent également un style qui se marie parfaitement avec celui des Beatles : c’est l’avènement de Courrèges et des robes et jupes trapèze. Très sixties. Très sage avec une pointe d’insolence.

 Le rock a, certes, influencé une partie de la mode dans les années 50 mais c’est surtout avec le développement du prêt-à-porter dans les années 60 que son influence sur toute une génération va devenir complètement visible. Il est vrai que les groupes de rock qui fleurissent partout en Grande Bretagne et aux Etats-Unis vont jouer un rôle important pour toute une génération d’adolescents et de jeunes adultes qui vont se retrouver en eux à travers leurs revendications politiques, sociales et leurs doutes.

Ainsi, la grande majorité des jeunes écoutant du rock va se scinder en plusieurs groupes qui évolueront au fil des décennies mais qui garderont toujours en eux cette flamme contestataire, avant-gardiste et artistique (cette liste n’est bien sûr pas exhaustive car il nous aurait fallu écrire un bouquin pour relater toutes les sous cultures du rock.) :

Les pro Beatles et Mods (Who, Kinks, Small Faces) vers les années 1964/65 : plus qu’une musique, c’est un véritable style : costumes cintrés, vespa et cheveux mi-longs. Des Dandy revisités à la sauce sixties dont Paul Smith, le couturier britannique va devenir l’ambassadeur. Sa touche chic et branchée, ses rayures multicolores et sa pointe d’excentricité vont faire de Paul Smith et de sa boutique de Covent Garden à Londres un véritable phénomène rock et mode incontournable en Angleterre. S’ensuivra par la suite toute la success story de Paul Smith qui reste encore aujourd’hui une très grande référence mode pour les dandys branchés mélomanes.

THE WHO

PAUL SMITH

 

 

« Here, Paul Smith cemented a solid      reputation for innovation, building on his traditional English eccentric mix with classically designed shirts and suits match with outrageous linings »

Paul GORMAN, The Look, 2006.


 

 Les « Protest Singers »: s’inspirant du style cool et branché de Bob Dylan et de Joan Baez, une partie des jeunes, principalement américains va suivre la tendance « jean, t-shirt , chemises à carreaux, boots et chapeau ».
Un brin romantique, des cowboys nouvelles génération qui s’inspirent de la nature, de l’histoire et surtout contestent une société américaine qui se perd dans la consommation de masse et les médias.

BOB DYLAN

 "Half-wracked prejudice leaped forth, "rip down all hate, " I screamedLies that life is black and white spoke from my skull, I dreamed Romantic facts of musketeers foundationed deep, somehow. Ah, but I was so much older then, I'm younger than that now" Bob Dylan, extrait de la chanson My Back Page, 1964

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Les Hippies: nous pouvons même parler d’une véritable contre-culture, qui jouera sans s’en rendre compte un des rôles les plus influents dans la mode encore et toujours aujourd’hui.

Les hippies apparaissent en 1965 à San Francisco, ce sont les descendants de la
 « beat génération ». Les hippies prétendent fuir l’intégration sociale. Ils rejettent tous les acteurs de la société industrielle (travail, production, efficacité, rentabilité). Leur but ultime : retrouver la spontanéité de l’être. On peut parler de recherche absolue pour certains ou encore de fuite devant la lutte pour d’autres, révoltes de ratés ou simple fantaisie et caprice passagers pour des enfants de bonne famille. En réalité, le mouvement hippy apparait comme le symbole d’un malaise spirituel de la société industrielle qui transforme de plus en plus vite les conditions de vie de l’homme et périme les originalités, les croyances traditionnelles. Le mode de vie hippy intrigue et surtout inspire les créateurs d’hier et d’aujourd’hui. Les groupes comme Jefferson Airplane, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Grateful Dead ou encore les Pink Floyd jouent un rock d'un genre nouveau alimenté par le LSD, drogue hallucinogène, le psychédélisme.

Le style vestimentaire des hippies se caractérise principalement par des cheveux longs chez les filles et chez les garçons, une barbe si possible pour les messieurs avec un véritable retour à la nature : c’est le flower power. Les pantalons patte d’ef', les ponchos, les pulls en laines, les tuniques brodées, les foulards et les sacs artisanaux représentaient la panoplie de la hippie. Les garçons, eux, portent également des pantalons patte d’ef' avec des chemises cintrées à fleurs psychédéliques et des longs colliers en bois. Bien sûr la mode hippie ne se contente pas uniquement de ce que je viens de citer précédemment mais il est très difficile de donner une liste exhaustive du style hippy.

Le début du Hard Rock: le hard rock déferle à partir de 1967 avec l’arrivée de groupes comme Led Zeppelin, Black Sabbath ou Deep Purple : le style qui s’ensuit ressemble à une continuité du look hippy avec les cheveux très longs, la barbe et les pantalons pattes d’ef mais la différence se trouve dans le cuir que portent ces nouveaux groupes. Le cuir, pourtant disparue durant cette décennie débarque de nouveau chez les rockeurs qui le portent en pantalons pattes d’ef' ou ultra moulants, en gilets manches courtes. Un style qui perdurera durant les années 70 et un les années 80 avec l’apogée du Hard Rock. Le Hard Rock incarne l’évolution dite naturelle du rock à travers la sonorité et la technique. Il rejette en partie la douceur et la naïveté du mouvement hippy tout en y gardant ses valeurs. Le Hard Rock va jouer un rôle majeur dans le rock des années 1970. Une nouvelle ère s’ouvre alors au rock.

 

Le Glam’ Rock : le glam rock est aujourd’hui tout aussi connu pour son style vestimentaire très original et ironique que par sa musique. Or, les protagonistes de ce courant musical et vestimentaires sont David Bowie, T Rex, Roxy Music, les New York Dolls ou encore Kiss. Comment reconnaitre des jeunes glam’ rock ? ils suivent le style vestimentaire des groupes qui s’habillent de manière excentrique en étant couverts de paillettes et de strass. Ils portent des bottes à plateformes vertigineuses, ils se maquillent et surtout se veulent androgynes. Un véritable pied de nez au disco qui apparait peu avant la disparition du glam’ vers 1974/75.

 Le Punk : Par la suite, à partir de 1976 va déferler sur le monde entier un tsunamie vestimentaire révolutionnaire qui va, tout comme le mouvement hippy, avoir une influence incommensurable sur la mode par la suite. Le mouvement punk est plusqu’un mouvement contestataire face aux crises économiques qui s’abattent durant les années 1970. Le punk, devient une contre-culture très importante qui commence en Angleterre et aux Etats Unis. Influencés musicalement par des groupes de garage rock comme les Stooges ou MC5, les punks jouent un rock simple, efficace, violent et contestataire. Le style vestimentaire des punks est un rejet de la société de consommation. Tout est destroy et déchiré. On se tatoue et se pierce partout sur le corps. Les cheveux sont multicolores et sous forme de crête. On porte le Perfecto.


Deux acteurs ont compris que se cachait un trésor vestimentaire chez les punks et vont alors jouer un rôle clé en rendant alors le punk et le style punk comme la dernière tendance branchée. Malcolm McLaren et Vivienne Westwood vont habiller les stars du Punks : ils vont en faire un vrai business. En effet, Vivienne  Westwood commence sa carrière dans le milieu de rock en devenant styliste des New York Dolls. Puis son mari, Mclaren va devenir le manager d’un nouveau groupe britannique : les Sex Pistols. Sentant qu’un nouveau mouvement contestataire est en marche, elle va insuffler à Johnny Rotten et sa bande sa touche personnelle qui va être à l’origine du style punk comme on le connait aujourd’hui. En utilisant ces groupes pour promouvoir ses collections, Vivienne Westwood va devenir l’une des plus grandes créatrices rock de toute l’histoire. Le style punk influence encore la mode aujourd’hui. C’est un acteur incontestable et de nombreux créateurs s’influencent de ce mouvement datant d’il y a plus de quarante ans. Le mouvement punk marque la fin maussade des années 1970 et le début des années 1980. Le rock grandit et surtout devient de plus en plus commercial avec l’arrivée du disque laser qui va remplacer peu à peu les 35 et 45 tours.

 

La New Wave, vague insufflé de Manchester, prend le relais porté par Joy Division suivi par The Smiths, New Order ou encore The Cure.

THE CURE

The Cure et son leader Robert Smith incarnent un style propre à eux que toute une génération d’adolescent et de jeunes vont suivre à la lettre. Le style Cure est un mélange entre le gothique et le punk, on se maquille les yeux en noir, on se crêpe les cheveux et surtout on s’habille en noir avec des Doc Martens et des longs Tee Shirts.                  S’ensuivra alors toute une ribambelle de groupe dits new wave qui s’inspireront fortement de ce style, comme en France par exemple avec le groupe Indochine.

 

ANGUS YOUNGLe Retour du Hard Rock : Toutefois le rock contestataire est toujours présent
mais se caractérise par le retour en force du Hard Rock qui prend une nouvelle 
dimension avec l’arrivée d’un groupe australien au look bien à eux : ACDC.Habillé en jeune écolier en short, le guitariste du groupe, Angus Young saute partout. Les cheveux longs reviennent à la mode et le hard rock et ses dérivés comme le gothique marque le pas d’une décennie en quête d’identité. Il faudra attendre la fin des années 80 pour que le rock retrouve une nouvelle jeunesse avec les Pixies, venus tout droit de Boston. En effet, plus que n’importe quel autre groupe des années 80, les Pixies ont ouvert la voie pour le grunge ainsi que tout le rock indépendant des années 90 suivi de très près par les Smashing Pumkins qui eux aussi vont marquer un tournant dans la décennie suivante. 

Le Grunge: le début des années 90 marque l’ère du grunge avec des groupes tout
KURT COBAINdroit venus de Seattle. En tête de liste de ce nouveau genre de rock, on retrouve le groupe Nirvana et son leader Kurt Cobain. Mais, être grunge, ca signifie quoi ? Ce nouveau mouvement est apparu telle une alternative aux musiques synthétiques et populaires des années 80. Il a permis de révéler de nombreux groupes dits underground à toute une jeunesse, voyant en ce rock puissant toute une réponse à leurs attentes. Ainsi, le grunge représente toute une génération qu’on appelle « Génération X ». Bien plus qu’un mouvement musical (mélange entre le punk hardcore, le rock alternatif et le heavy metal), tous les teenagers se retrouvent dans le grunge qui devient bien plus qu’un genre musical, un véritable phénomène qui dépasse les frontières de l’underground et de l’état de Seattle.  La mode ne va d’ailleurs pas tarder à s’inspirer du look grunge, très reconnaissable : un style destroy où les 501 sont déchirés et sans formes avec lequel on porte des chemises de bucheron. Le suicide de Kurt Cobain en 1994 va mettre un terme au grunge et à toute cette génération désenchantée qui vivait dans un mal être profond, en partie expliquée par la lassitude d’un monde de plus en plus superficiel et où le rock a été remplacé par des synthétiseurs et des boites à rythme. On notera que de nombreux jeunes se sont suicidés après le décès du leader de Nirvana qui représentait bien plus qu’un musicien à leurs yeux, c’était une véritable icône.

Après 1994 et la fin du mouvement grunge, le rock s’efface peu à peu. Le style rock également. Il laisse la place à une mode plus urbaine, menée par le Hip Hop et la Dance.Même si les années 90 marquèrent néanmoins l’arrivée sur scène de groupes majeures tels que Radiohead, Oasis ou Blur la mode se tourna néanmoins vers d’autres horizons. Il faudra attendre la fin des années 1990 avec l’explosion des groupes néo punk californien comme Offspring pour voir apparaitre un nouveau style vestimentaire. La mode s’inspire alors du style des sports de glisse comme le skate ou le surf. Les groupes néo punks pour adolescents pré-pubères déambulent en baggys qui se portent sous les fesses, baskets extra larges de skaters, colliers en bois et ceintures à clous. Les teenagers en sont fans et la mode aussi !

 

 

Le retour du Sex Drugs and Rock’n Roll: de nombreux groupes de rock ont explosé durant les années 2000 en jouant du rock simple, efficace avec une pointe de modernisme (Strokes, White Stripes, Franz Ferdinand, Libertines, Arctic Monkeys). A partir du milieu de cette décennie, le slim débarque. Il va devenir un basique de notre dressing… peut-être un peu trop basique.

 Le slim, qu’est-ce que c’est ?  C’est ce pantalon ultra moulant que les Mods aimaient porter dans les années 60. Porté par toute une génération de rockeurs (aussi bien hommes que femmes) au milieu des années 2000 le slim, pièce absolument rock a lancé le véritable retour du rock chez les créateurs. Hedi Sliman, directeur artistique chez Dior Homme jusqu’en 2007 et ami de Pete Doherty va en être le principal acteur en créant des costumes slims rappelant ceux des Mods. Il habille et photographie de nombreux groupes et stars comme Franz Ferdinand, Kate Moss ou encore Phoenix.

En faisant un retour fracassant dans les années 2000, le rock va devenir un basique de la mode, un marché exploitable qui rapporte beaucoup d’argent. La fin des années 2000 va provoquer la chute du rock. Tout était rock, mais à force de vouloir faire du rock à tout prix, on en a oublié l’essence même de celui-ci. Le rock se voulait contestataire, son style va devenir commun et sans saveur. L’électro et le Hiphop font leur grand retour dès les années 2010 avec l’arrivée des hipsters et le grand retour du streatwear.

Le son rock se fait plutôt discret depuis quelques années, et pourtant il reste encore très présent chez les marques aussi bien de luxe que dans la grande distribution.

 C’est pourquoi le rock a influencé la mode et ce, depuis son existence. La puissance des contre-cultures comme le punk ou les hippies a su jouer un rôle clé dans le monde de la mode qui s’en inspira alors très fortement lors de nombreuses saisons. Lorsque le rock est sur le devant de la scène et devient beaucoup plus qu’un mouvement musical comme un autre, la mode s’en inspire comme dans les années 2000 avec l’apparition des Strokes et des Libertines.

La mode et le rock ont ainsi toujours eu besoin l’un de l’autre.  Le rock ne peut exister sans la mode, c’est un fait. Néanmoins la mode a pu exister sans le rock comme durant les années 90. Après l’avènement du grunge, le rock a peu à peu laissé sa place à la dance, la techno et au hip hop. C’est à cette époque que la mode se laisse largement influencée par ces courants musicaux. Le rock n’avait plus rien de « révolutionnaire » à proposer à cette époque. Seulement la mode s’inspire beaucoup de la rue et est en perpétuelle recherche de nouveauté, d’originalité, elle a fini par se lasser du rock à partir de 1994.

Toutefois, le rock détient un pouvoir incroyable qui est cette influence sur les jeunes et ce souffle de rébellion et de revendication. On a toujours dit depuis son existence que le rock ne durerait pas, que ce n’était qu’un phénomène de mode. Or le rock est présent depuis presque 70 ans. Il résiste, bien qu’il soit devenu aujourd’hui plutôt confidentiel dans une époque où la musique n’a jamais été autant accessible. Pourtant le Rock continue d’intriguer, il suscite l’admiration chez les uns, le dégout chez les autres, il fait parler de lui, il s’exprime en paroles, en musique et en style. Il se bat et se battra toujours pour exister. Voilà pourquoi la mode a besoin du rock. C’est le seul à évoluer et rester à la fois créatif et rebelle dans une société actuelle où tout n’est que langue de bois, bienséance et lassitude des choses et du monde.

 

 

 


Laissez un commentaire